© Emanuel Gat

Première mondiale le 17 juin 2004 au Festival Uzès Danse
Bessy Award en 2006 au Festival Lincoln Center à New York

 
©EmanuelGat

SACRE est une version revisitée de la pièce créée en 2004 par Emanuel Gat sur la musique éponyme de
Stravinsky. Pièce pour trois femmes et deux hommes, SACRE déconstruit les mécanismes de la salsa Cubaine
et les réassemble pour créer une partition chorégraphique complexe, à la dramaturgie puissante.

Lecture libre et exigeante du chef d’œuvre de Stravinsky, SACRE ne propose pas de notions de sacrifice mais plutôt une multitude d’options d’actions.

 

"[SACRE d’Emanuel Gat] est hors du commun. C’est une sorte de cascade, accompagnée par le sacrifice rituel de Stravinsky, sur une piste de danse bondée, occupée par trois femmes et deux hommes qui s’entrecroisent dans un ruban de Moebius dansant, évoluant par des passes de salsa et de swing. Cette interprétation de la partition [...] est éloquente - tout autant qu’elle l’était déjà en 2006, lorsque la compagnie de M. Gat l’a présentée pour la première fois à New York.”

Brian Seibert - The New York Times

 

“Les cinq danseurs évoluent à travers les passes frémissantes et ondulantes de salsa de Gat, dans une lumière tamisée qui met en valeur le tapis rouge qui délimite l’épicentre de l’action et qui, en même temps, donne une touche de domesticité. [...] Ils tissent les mouvements de façon impeccable et fluide sur la musique du Sacre de Printemps de Stravinsky. Cela reste un rituel hypnotique et inexorable, orchestré par des pulsions purement primitives.”

Ephemeralist - Susan Yung

 

“Danser la salsa sur Stravinsky, c’est possible. Pour preuve : la prestation brûlante du chorégraphe Emanuel Gat. Sa relecture du « Sacre du Printemps » se révèle aussi iconoclaste qu’excitante. L’artiste israélien a misé sur la nervosité lascive de la salsa qui se coule dans le ruissellement percussif de la musique. Quant à la montée du sexe, elle explose avec cette pointe de fatalisme qui est au coeur de l’engrenage amoureux. À toute allure, les couples se forment, chaloupent et se brisent pour changer de partenaire sans que le mouvement ne s’arrête, composant une chaîne ininterrompu de salsa au point que l’on finit par ne plus repérer les interprètes. Dans ce tourbillon, on perçoit avec acuité, la pulsion de la musique de Stravinsky. Tout est beau et dangereux, dans cette partie de chasse moderne, où le suspense reste vif : les hommes désignent une élue alternativement, pour mieux faire monter l’angoisse jusqu’au choix final”.

Le Monde - Rosita Boisseau

©EmanuelGat
 

Articles Presse

 

Crédits

Musique : I. Stravinsky, Le Sacre du Printemps
Chorégraphie, lumières et costumes : Emanuel Gat
Une pièce pour cinq danseurs.

Production : Emanuel Gat Dance
Coproduction : The Suzanne Dellal Centre (Israel), Festival Uzès Danse, Monaco Dance Forum. Avec le soutien de : The Dellal Foundation, Théâtre de l’Olivier - Istres, Ballet Monte-Carlo.

Production reprise 2015 : Emanuel Gat Dance
Créé en résidence à Montpellier Danse, Agora - Cité Internationale pour la Danse et à la Maison de la danse
intercommunale Istres. Avec le soutien de la Fondation BNP Paribas, créée en résidence à l’Agora, cité internationale de la danse à Montpellier et à la Maison de la danse intercommunale à Istres. La compagnie est soutenue par la métropole Aix-Marseille Provence et le Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Provence-Alpes-Côte d'Azur.